Sur l’attribution des causes de comportement et son impact

Sur l’attribution des causes de comportement et son impact

[ad_1]

Sur l'attribution des causes de comportement et son impact

L’un des processus les plus importants de la perception interpersonnelle est le l’attribution de causes au comportement des personnes. Sur la base des √©tudes de divers auteurs, il est possible de parler, √† un niveau g√©n√©ral, de deux grandes modalit√©s d’attribution de la causalit√© au comportement d’autrui : interne et externe.

Lorsque nous attribuons le comportement d’un individu √† une caract√©ristique, une humeur ou une attitude permanente de ce sujet, nous faisons une r√©partition interne. Si, en revanche, nous pensons que son comportement est d√Ľ √† des forces ext√©rieures √† lui, telles que les circonstances de la situation, les pressions sociales pour se comporter de cette mani√®re, etc. allocation externe.

Sur l’attribution interne et externe

La question, qui peut sembler de peu d’importance, est n√©anmoins au centre de l’interaction entre les gens. Nous faisons constamment des attributions de causalit√© sur le comportement des autres : notre enfant a-t-il √©t√© suspendu de l’√©cole parce qu’il n’a pas assez de capacit√© -attribution interne- ou √† cause de circonstances ind√©pendantes de sa volont√© -attribution externe ?

Une phrase gratuite que nous recevons d’un autre est-elle due √† une attitude favorable √† notre √©gard -attribution interne- ou est-elle plut√īt le produit de la situation et des coutumes sociales -attribution externe- ?

Le criminel a-t-il tué sa victime de manière préméditée Рattribution interne Рou a-t-il été poussé par les circonstances Рattribution externe ?

Dans tous ces cas, notre perception marche radicalement selon le type d’attribution. Nous sommes donc confront√©s √† une question pertinente.

Exigences relatives au type d’attribution

La question imm√©diate est √©vidente : de quoi d√©pend-on si l’on fait l’un ou l’autre type d’attribution ? √Ä partir des diff√©rentes enqu√™tes r√©alis√©es, nous pouvons conclure que pour effectuer une attribution de causalit√© interne, c’est-√†-dire pour pouvoir attribuer le comportement √† une caract√©ristique quelconque de l’individu, il faut remplir une s√©rie d’exigences, parmi lesquelles on peut souligner les suivantes :

  1. Premi√®rement, que nous percevons dans le comportement de l’autre une Il est clair qu’ils se comportent de cette fa√ßon et qu’ils causent les effets de leur comportement. L’intentionnalit√© est sans aucun doute un facteur cl√© dans l’attribution de la causalit√©.
  2. Deuxi√®mement, que leur comportement ne peut √™tre due √† des forces externes ou environnementales. Autrement dit, si l’individu s’est comport√© de cette mani√®re, ce n’√©tait pas pour les exigences de la situation ou pour des raisons ind√©pendantes de sa volont√©. Et comment le savons-nous ? Pour que nous soyons s√Ľrs, ce comportement doit r√©pondre √† certaines exigences.
    – Ce il ne s’agit pas d’un comportement socialement souhaitable. La plupart des courtoisies et des bonnes mani√®res, par exemple, sont clairement standard qui ne nous permettent pas de faire des attributions de causalit√© interne, puisqu’elles sont dues √† des conventions sociales √©videntes. Ainsi, un ¬ę¬†Ravi de vous rencontrer¬ę¬†ne nous permet pas d’assumer chez l’autre une v√©ritable attitude positive √† notre √©gard…
    – Que cette conduite n’est pas conforme aux attentes selon le r√īle que joue l’individu. Car si c’est le cas, elle nous en dit peu sur les caract√©ristiques internes de son ex√©cutant : tout m√©decin, par exemple, se comportera de la m√™me mani√®re en cas d’urgence sanitaire. C’est la situation, et non les caract√©ristiques du sujet, qui g√©n√®re un tel comportement. Cependant, un comportement qui s’√©carte des attentes associ√©es √† ce r√īle nous renseigne, et parfois beaucoup, sur la fa√ßon d’√™tre de l’individu.
    – Que cette conduite n’est pas sp√©cifique √† un objet ou √† une personnemais g√©n√©rique √† d’autres. Par exemple, je vois que mon ami John semble en col√®re contre une personne. Cette col√®re est-elle due √† une caract√©ristique de John ou √† quelque chose d’ext√©rieur √† lui (propre √† la situation ou √† l’autre personne) ? Si John a tendance √† se comporter de cette mani√®re avant beaucoup d’autres personnes, j’aurai tendance √† faire une attribution interne : si son comportement est sp√©cifique avant l’individu mentionn√©, l’attribution sera externe.
    – Non est similaire √† celle de nombreuses autres personnes dans la m√™me situation. Parce que si tout le monde se comporte de la m√™me mani√®re en elle, le comportement sera probablement g√©n√©r√© par la situation, et je ne pourrai pas effectuer une attribution interne. Ainsi, par exemple, la nervosit√© dans la salle d’attente du dentiste est un comportement typique de la situation, qui ne permet pas facilement une attribution interne.

Source : Salvat Open Classroom РQuestions clés Interaction humaine et comportement social. Publié en 1982
Auteur : José Luis Sangrador

[ad_2]

Julien

Related Posts

Bar à thème : 6 idées pour un mariage gourmand !

Bar à thème : 6 idées pour un mariage gourmand !

Escape Game : comment réussir l’organisation du jeu en extérieur ?

Escape Game : comment réussir l’organisation du jeu en extérieur ?

Les travailleurs ind√©pendants et l’√©conomie collaborative

Les travailleurs ind√©pendants et l’√©conomie collaborative

Tiendas.com, le comparateur de prix sur Internet

Tiendas.com, le comparateur de prix sur Internet

Catégories