Vers une définition de la vie et de la mort

Vers une définition de la vie et de la mort

Peu d’√©v√©nements sont aussi quotidiens, mais en m√™me temps aussi importants, que la vie. Mais saurions-nous r√©pondre √† la question de savoir ce qu’est la vie ? Cette question, √† laquelle il est encore difficile de r√©pondre aujourd’hui, a √©t√© une constante pour les hommes de tous les temps, qui ont essay√© de trouver la raison de la diff√©rence entre les √™tres vivants et ceux qui ne le sont pas.

D√®s le d√©but, les id√©es ont √©t√© encadr√©es dans deux doctrines oppos√©es : la doctrine mat√©rialiste ou m√©caniqueLes vitalistes, ou ¬ę¬†le peuple¬†¬Ľ, qui supposaient que la vie n’√©tait que le r√©sultat d’une organisation plus ou moins complexe de la mati√®re, et les vitalistes, ou ¬ę¬†le peuple¬†¬Ľ, qui supposaient que la vie n’√©tait que le r√©sultat d’une organisation plus ou moins complexe de la mati√®re, et les vitalistes, ou ¬ę¬†le peuple¬†¬Ľ, qui supposaient que la vie n’√©tait que le r√©sultat d’une organisation plus ou moins complexe de la mati√®re, et les vitalistes, ou ¬ę¬†le peuple¬†¬Ľ, qui supposaient que la vie n’√©tait que le r√©sultat d’une organisation plus ou moins complexe de la mati√®re, et les vitalistes, ou ¬ę¬†le peuple¬†¬Ľ, qui supposaient que la vie n’√©tait que le r√©sultat d’une organisation plus ou moins complexe de la mati√®re, et les vitalistes, ou FinalistesIls ont propos√© que la vie avait son origine dans une force sup√©rieure qui insufflait aux √™tres un principe vital, qui dans le cas des hommes √©tait identifi√© √† l’√Ęme.

Les premiers partisans de ces th√©ories ont √©t√© deux philosophes grecs : D√©mocrite d’Abdera (470-380 av. J.-C.) et Aristote (384-322 av. J.-C.). Le premier, clairement mat√©rialiste, supposait que toute la mati√®re √©tait form√©e de minuscules particules, si petites qu’il les appelait lui-m√™me des atomes, ce qui en grec signifie ¬ę¬†indivisible¬†¬Ľ.

Ces atomes, selon D√©mocriteserait responsable des caract√©ristiques de l’affaire. Ainsi, par exemple, le feu br√Ľlait parce qu’il √©tait constitu√© d’atomes couverts d’√©pines, de la m√™me mani√®re que les propri√©t√©s de l’eau √©taient dues au fait que ses atomes √©taient tr√®s l√©gers et avaient une surface tr√®s lisse.

Suivant cette th√©orie, le philosophe grec a alors suppos√© que la vie √©tait uniquement due au fait que les √™tres qui la poss√©daient avaient un type particulier d’atomes arrondis qui, dispers√©s dans l’organisme, leur fournissaient les caract√©ristiques vitales.

Tout le contraire de cette th√©orie, Aristote soutenait que les √™tres vivants √©taient compos√©s d’√©l√©ments identiques √† ceux de la mati√®re inerte, mais que, contrairement √† ces derniers, ils poss√©daient une force vitale ou un principe accord√© par un √™tre sup√©rieur. Ce principe vital √©tait consid√©r√© comme immortel, n’ayant pas la vie comme une fin en soi, mais en fonction de son Cr√©ateur.

Bien qu’au fil des si√®cles, les deux th√©ories aient subi des modifications tendant √† √©viter la radicalisation des diff√©rentes positions, la pol√©mique entre mat√©rialisme et vitalisme a √©t√© une constante historique influenc√©e plus par les doctrines philosophiques et religieuses que par une pens√©e scientifique stricte.

De ce dernier point de vue, la diff√©rence entre les th√©ories mat√©rialistes et vitales Il ne s’agit pas d’un obstacle majeur, car tous deux visent √† d√©finir un concept abstrait de la vie qui, sur le plan scientifique, n’a pas une grande importance, puisque l’√©tude des √™tres vivants, de leur origine et de leur √©volution, est ind√©pendante de la d√©finition de la vie qui peut √™tre faite, √©tant uniquement bas√©e sur des donn√©es objectives sur ces √™tres. Son organisation, sa structure et son comportement, que les hommes de science ont pu compiler au fil des si√®cles d’√©tudes et d’enqu√™tes.

La définition de la mort

De la plus petite bact√©rie au plus gros animal, en passant par l’ensemble le r√®gne v√©g√©talChaque √™tre vivant sur notre plan√®te a un cycle de vie : √† un moment donn√©, il na√ģt, pendant une p√©riode plus ou moins longue, il d√©veloppe ses fonctions vitales, et enfin il meurt.

La discussion philosophique sur la d√©finition de la vie est logiquement li√©e √† la d√©finition de la mort elle-m√™me, surtout lorsqu’elle se r√©f√®re √† un √™tre humain. Ainsi, pour la Philosophes de la vie, la mort d’une personne survient au moment o√Ļ l’√Ęme quitte le corpstandis que le les mat√©rialistes comprennent la mort comme une autre phase du cycle de la mati√®re.

Le probl√®me de la mort a cependant des aspects juridiques que la d√©finition de la vie ne pr√©sente pas : la loi doit d√©terminer exactement si et quand une personne est d√©c√©d√©e afin de proc√©der √† l’enterrement ou √† l’incin√©ration du corps, ou de pr√©lever des organes pour la transplantation.

Pendant de nombreuses ann√©es, la mort d’une personne √©tait d√©finie par l’apparition d’une s√©rie de caract√©ristiques typiques – la p√Ęleur, la soi-disant rigidit√© cadav√©riqueetc. -qui, avec le dysfonctionnement apparent de certains organes vitaux tels que le cŇďur ou les poumons, permettait de consid√©rer l’individu comme mort.

Cependant, les nouvelles techniques de r√©animation et les possibilit√©s accrues de transplantation d’organes ont rendu n√©cessaire la recherche d’une d√©finition plus pr√©cise pour d√©terminer le moment o√Ļ le d√©c√®s survient.

Au d√©part, cette d√©finition √©tait bas√©e sur l’activit√© cardiaque de l’individu, de sorte que lorsqu’elle disparaissait, la personne √©tait consid√©r√©e comme l√©galement morte. Mais le d√©veloppement des syst√®mes de circulation extracorporelle, qui permettent √† une personne de survivre m√™me sans cŇďur, a oblig√© √† modifier cette d√©finition de la mort, qui est d√©sormais bas√©e sur l’absence d’activit√© c√©r√©brale d√©termin√©e par l’apparition de lignes plates sur un √©lectroenc√©phalogramme. Au moment o√Ļ ce fait se produit, l’individu est consid√©r√© comme ¬ę¬†Cliniquement mort¬Ľ.

Source : Salvat Open Classroom РQuestions clés La vie : origine et évolution. Publié en 1980
Auteur : Benjamin Fernandez Ruiz.

Avatar

Julien

Related Posts

naissance à la mort

naissance à la mort

Transmission orale de la culture

Transmission orale de la culture

Ce que nous avons appris d’Hollywood

Ce que nous avons appris d’Hollywood

Il est recommandé de ne pas fumer dans les lieux publics en raison du risque de COVID-19

Il est recommandé de ne pas fumer dans les lieux publics en raison du risque de COVID-19

Catégories